ÉLECTIONS FFE 2021 Collectif Alternative & Progrès - Jacob Legros

LE PROJET DU COLLECTIF ALTERNATIVE PROGRÈS

UN MODÈLE ÉCONOMIQUE AU SERVICE DES CLUBS
En reversant aux clubs 10€ par licence pratiquant et 10€ par licence compétition, club incluse.
En plafonnant les investissements au Parc Équestre fédéral pour dégager de la trésorerie au profit des Comités Régionaux, des Comités Départementaux et des actions de terrains.
Favoriser la juste rémunération des professionnels et la prise en compte des couvertures sociales.

 

 DÉVELOPPER FORMATIONS ET COMPÉTENCES
La formation démarre du piéton que l'on transforme en cavalier, jusqu'au formateur de formateur. 
Il faut proposer en plus d'un cursus de formation libéral, l'apprentissage et le perfectionnement au travers d'un cursus fédéral qui doit refléter l'image que l'on veut donner de l'équitation. Pour aller vers l’excellence, nous prévoyons une réforme des galops et un renforcement de la formation continue des enseignants.

 

UN PROJET SPORTIF JUSTE
La proposition consiste en une réforme des circuits compétitifs et des catégories d’accès pour des compétitions plus équitables. Il faut mieux protéger nos amateurs et mieux valoriser nos professionnels. Les professionnels sont ceux qui au travers de leurs écuries financent eux-même leurs structures de compétition, souvent sans aides des collectivités locales et territoriales. Un circuit fédéral s'impose pour d'une part, mieux valoriser les professionnels, et d'autre part accompagner et financer les organisateurs partenaires. Après le cursus club, les compétiteurs seront répartis selon trois catégories (avec épreuves passerelles). La nécessité de résultats pour accéder d'une catégorie à l'autre contribue au cursus des compétences.

 

UNE ÉQUITATION DURABLE
La démarche consiste à intégrer l’équitation dans le développement des territoires, du patrimoine et de la transition écologique. Complémentaire de l'école publique, elle doit être le garant de bons comportements vis-à-vis de l'environnement et de l'éducation « à la nature et aux vivants ». Pour cela, nous voulons faire de l’équitation une discipline promotionnelle au travers du tourisme équestre avec ses grands itinéraires et ses itinéraires de proximité (ballades, colonies, etc…), mais aussi au travers de ses pratiques sportives d'extérieurs (TREC, endurance, attelage…). Enfin, dans le défi environnemental, nous voulons postionner les centres équestres comme comme alternative aux engrais chimiques dans le cadre de la valorisation des déchets et du fumier. De plus, nous souhaitons veiller à l’embauche en pleine conscience d'un personnel dans la transparence de ses antécédents judiciaires passés ou en cours.

 

 RAYONNEMENT INTERNATIONAL
La France étant le plus grand organisateurs d'évènements internationaux dans le monde équestre, et les cavaliers français étant régulièrement médaillés aux plus hauts niveaux, il nous semble indispensable de valoriser les résultats de nos champions afin d’en faire des arguments de ventes, de promotion de la pratique de l’équitation.

 

 UNE FISCALITÉ ADAPTÉE AU MONDE ÉQUESTRE
L’équitation ne fait pas parti des sports subventionnés. Pourtant, ce sport historique, très populaire, a une mission de service public. Un retour de la fiscalité à 5,5% contribue à répondre à la mission de service public et aux exigences de bien-être animal.


 

À L’ÉCOUTE DE VOS PROPOSITIONS

LOGO CAP