ÉLECTIONS FFE 2021 Collectif Alternative & Progrès - Jacob Legros

Le Programme du CAP

 

Ambition

Alors que la pratique équestre connaissait déjà une perte de vitesse avant la crise sanitaire, l'arrivée de la COVID et ses contraintes a encore dégradé le fonctionnement de nos structures.
Penser l'équitation de demain passe avant tout par l'accompagnement des dirigeants de club dans leur modèle économique, la formation, la diversification de leurs activités.
C'est l'ambition du programme du CAP – Collectif Alternative et Progrès : permettre à nos dirigeants de vivre dignement de leur passion. Notre programme repose ainsi sur 7 piliers.

Cliquer sur les piliers pour en savoir plus.

 

➞ Aider nos professionnels à (re)vivre de leur passion

Avant la crise Covid, les dirigeants avaient déjà du mal à se payer (baisse des licences, la hausse de la concurrence déloyale, la hausse des matières premières et du foncier, augmentation de la TVA). Depuis 1 an, la situation s'est encore empirée : CE N'EST PAS ACCEPTABLE et doit être inversé.


➞ Nos propositions de solutions

1 + 2 = Plus de recettes

1. Économie Interactive : augmenter le prix des licences grâce au Pass Sport et reverser aux clubs cette augmentation

2. Label Equit'Equitable : Mettre en place et respecter le prix conseillé par département pour 1h d'équitation pour lutter contre la concurrence déloyale

3 + 4 = Moins de dépenses

3. Mutualisation : Faciliter la mise en place de cellules de groupements d'achat pour les matières premières

4. Justice fiscale : reprise des négociations sur le dossier TVA pour un retour TOTAL à 5,5% de l'ensemble de nos activités

5. Politique fédérale d'investissements :

=> Proposer d'inscrire dans la statuts le plafonnement des investissements dédiés au parc fédéral.

➞ Remettre la qualité au centre de notre équitation

La démocratisation a propulsé l'équitation comme l'un des sports préférés des jeunes français(es). Si cette ouverture est à saluer, il convient désormais de déterminer un nouveau modèle d'enseignement et de consommation de l'équitation où la quantité ne doit plus être au détriment de la qualité.

Parce qu'il s'agit là avant tout du respect du bien-être de nos équidés, remettons de la technique et de la diversité au cœur de nos activités équestres, tout au long de la chaîne du savoir, du cavalier jusqu'à l'enseignant.


➞ Nos propositions de solutions:

1/ Renforcer les fondamentaux de nos cavaliers

=> Redéfinir un cursus du cavalier autour d'un tronc commun de la basse école dans les disciplines de loisirs comme dans les disciplines

=> Harmoniser les niveaux de validation des examens avec la création d'un pool d'intervenants extérieurs
2/ Assurer l'adéquation des nouveaux moniteurs avec les réels besoins des employeurs

=> Revoir le contenu du diplôme enseignant : parce qu'on ne peut pas avoir des jeunes qui ne pratiquent plus l'équitation en formation ;

=> Faciliter l'accès aux métiers du cheval : la FFE doit mieux assurer le lien entre les organismes de formation, les organes de décision (Jeunesse et Sport) et les financeurs (Région, OPCO, Pôle Emploi).

3/ La formation continue au service de nos professionnels : élargir le champ des compétences ET les compétences

=> Structurer une offre de formation en adéquation avec les besoins de nos enseignants et de nos structures tant sur le volet spécialisation que diversification ;

=> Décliner la formation fédérale en région avec des quotas plus adaptés.

 

➞ Fidéliser nos cavaliers et capter de nouvelles clientèles

Actuellement, la compétition ne concerne que 20% des pratiquants. Il faut donc offrir des perspectives d'épanouissement aux 80% de pratiquants restants en conceptualisant un cursus loisir autour de la diversification des pratiques.

Notre sport regorge de disciplines, c'est un ATOUT qu'il nous faut davantage exploiter : de loisir ou de compétition, tout cavalier(e) doit désormais pouvoir trouver « pratique(s) » à son pied, indépendamment de son âge, de son niveau et de ses objectifs.


➞ Nos propositions de solutions:

1/ La diversification des pratiques :

=> Encourager les structures à proposer l'accès à un large éventail de disciplines dans le cadre du cursus loisir ;

2/ Un projet personnalisé de qualité :

=> Proposer une formation équestre inspirée de l'équitation classique, qui définit le langage et la communication dans la relation avec le cheval dans le travail monté comme dans le travail à pieds ;

3/ Plus de compétitions :

=> Accompagner TOUTES les disciplines équestres et les promouvoir par l'information et par l'organisation de Finales Nationales issues de qualifications en région et en département.

4/ Des compétitions plus graduées :

=> Valoriser une progression échelonnée en fonction des résultats pour accéder au niveau supérieur (réforme des circuits).

➞ Dynamiser les activités de l'équitation de pleine nature

La crise Covid a révélé parmi nos concitoyens un profond besoin de renouer avec les sports de pleine nature. La rentrée des clubs de septembre 2020 a d'ailleurs été l'une des meilleures depuis plusieurs années, preuve d'une équitation bien vivante dans notre pays.

Il nous faut maintenant profiter à plein de cette dynamique en ouvrant la pratique de l'équitation d'extérieur à de nouveaux publics. Le désir d'évasion de nos pratiquants doit se transformer en une véritable bouffée d'oxygène économique pour nos structures équestres. Pour ce faire, la FFE devra mettre en place tous les moyens nécessaires pour ces nouveaux publics.


➞ Nos propositions de solutions:

1/ Pour un vrai développement de l'équitation de pleine nature et de ses disciplines.

=> Créer l'agence fédérale de voyage pour préserver les marges de nos professionnels du tourisme des commissions des agences de voyage ;

=> Développer les partenariats avec les syndicats d'initiative pour promouvoir toute l'offre de services disponible à destination du grand public ;

2/ Refonte des galops de Pleine Nature

=> Rénover les galops de pleine nature pour les orienter véritablement vers l'équitation d'extérieur et la relation avec la nature

3/ Des projets de territoires intégrés

=> Intégrer l'équitation dans le développement des territoires, du patrimoine et de la transition écologique

4/ Le digital au service de nos structures

=> Innover par la création d'une application mobile et un site dédié pour faciliter la promotion de ces activités.

➞ Créer une fédération de proximité

Une fédération doit rester une fédération de « terrain », au plus proches de ses licenciés. A l'écoute de ses professionnels, de ses bénévoles et de ses officiels de compétition, la FFE doit mettre en place une gouvernance où le principe de maillage territorial lui permettra d'atteindre cet objectif de proximité.


➞ Nos propositions de solutions:

1/ Révision des budgets dédiés aux CRE et CDE :

=> Accompagner financièrement les projets de développement en région et en département en complément des budgets existants.

2/ Plus de moyens humains sur les territoires :

=> Créer un agent territorial fédéral en appui des CRE & CDE pour l'obtention de financements, l'élaboration de projets et l'ingénierie de formation ;

3/ Cursus fédéral :

=> Constituer et mettre en place une équipe d'experts en département et en région pour la validation de certains examens fédéraux ;

4/ Plus de démocratie :

=> proposer au vote de l'assemblée générale la modification des statuts pour que le droit de vote soit rendu aux structures équestres, indépendamment de leur nombre de licenciés.

➞ Se donner les moyens de nos ambitions 

Plus que jamais, il nous faut soutenir notre vivier de cavaliers professionnels pour conforter la place du haut niveau mondial lors des prochaines échéances, dont notamment les JO 2024 de Paris.

Reproduire l'exploit de Rio doit demeurer notre objectif n°1, moins pour que le drapeau français ne se hisse sur notre hymne national que pour porter toute une fédération de jeunes cavaliers vers le désir de progresser dans leur équitation et de réussir leur projet sportif.


➞ Nos propositions de solutions:

1/ La Promotion de nos athlètes :

  1. Faire du Haut Niveau un vecteur de promotion de l'équitation auprès du Grand Public
  2. Diffuser les expériences de nos athlètes sur le terrain, au plus près des pratiquants

2/ L'organisation de la détection sur le territoire :  

=> Concevoir et mettre en œuvre une politique de détection de jeunes talents de grande envergure en département et en région au sein des clubs.

3/ Les propriétaires, clé de voûte du système :

=> Entretenir des liens étroits avec les propriétaires dans une logique patriotique pour acheter les bons chevaux et surtout les garder ;

4/ Oser l'expérimentation :

=> Mettre en place une cellule d'expérimentation en collaboration avec des organismes de recherche pour définir le bien-être dans la performance et in fine, innover dans nos pratiques grâce à la science et aux nouvelles technologiques autour des athlètes humains et équins.

➞ Co-construire un projet de filière avec nos partenaires

La filière équine consiste aujourd'hui en un écosystème d'une grande diversité au sein duquel la FFE se doit d'interagir avec bienveillance et esprit de rassemblement de manière à créer les meilleures conditions possibles d'exercice à nos structures équestres et leurs pratiquants.


➞ Nos propositions de solutions:

1/ Avec les ministères, dont :

=> les FINANCES : Reprendre les négociations sur le champ d'application de la TVA ;

=> le SPORT : Inciter et accompagner un travail institutionnel et législatif sur les violences dans le sport :  violences verbales, violences physiques, racisme, violences sexuelles, dopage ;

=> l'AGRICULTURE : Intégrer les structures équestres comme potentielles bénéficiaires du Plan de Relance au titre du bien-être animal ;

2/ Avec le syndicat socio-professionnel : Consolider et valoriser le rôle du GHN, représentant incontournable des structures sur le plan social et fiscal ;

3/ Avec des organismes de recherche : S'appuyer sur les recommandations scientifiques pour guider nos structures dans l'adoption de mesures en faveur du bien-être animal.

4/ Avec les élus locaux : Sensibiliser nos élus régionaux pour développer des « Plans Cheval » de soutien à la filière comme en Auvergne-Rhône-Alpes, Normandie et Hauts-de-France.

5/ Avec les autres associations sportives (Polo, Western, Équitation de Travail…) : Faciliter le développement des disciplines alternatives dans un esprit de co-construction.